Maël AMEMIYA LOMBARD - Portrait

Maël AMEMIYA LOMBARD

(1985-)

Originaire de Bretagne, à Rennes où il a grandi. Il est Breton par son père et Japonais par sa mère. Il vit à Gaillac, près de Toulouse où Il a créé l’Atelier Yūgen avec sa compagne de vie, Lisa BOMBIN.

Il se définit, en toute simplicité, comme un Potier Cuiseur. Il façonne des pots et les cuits.

Il a découvert la céramique d’Echizen-yaki, pour la première fois dans la préfecture de Fukui. Ce type de céramique fait partie des Six Anciens Fours du Japon.

Maël AMEMIYA LOMBARD - Chawan

Victoria BENGOLÉA, céramiste argentine, me met les mains dans la terre à Paris. Un mardi, je vais à son cours et c’est là que je comprends que la suite se passerait au Japon. Elle venait de réveiller le potier japonais qui sommeillait en moi.

Pendant Le voyage au Japon, je rencontre l’imperfection. Origuchi san, un potier japonais de Bizen, me montre des chawan tordus, des vases poreux, des poteries craquées. C’est une surprise qui petit à petit va se révéler.

Je découvre l’esthétique du Wabi-Sabi et le Kintsugi. Cela m’emplit entièrement et je sens une motivation. Je sens que le chemin, la voie est là.

Cela réveille le spirituel en moi : mes mains allaient rentrer en parfait accord avec mon esprit. L’esprit du Mingei finirai de me combler.

Kato sensei m’enseigne le tour à Tokyo. J’y reste une année où je parfais ma technique au tour.”

Maël AMEMIYA LOMBARD - Cuisson chez Rizü

“En Corée, Shin Son Seng Min me plonge dans la vie d’un potier à Goheung. J’observe alors la rigueur, la simplicité et l’honnêteté de la poterie coréenne. Je cuis sur un four Noborigama. J’avais conscience de vivre quelque chose d’incroyable. Je sentais dans cette expérience toute la tradition coréenne autour de la poterie qui se transmet de père en fils depuis des générations.

De retour en France, j’assiste Rizü TAKAHASHI dans ses enfournements et ses cuissons sur son four Anagama. Cela m’initie, année après année, à la subtilité et la beauté des cuissons au bois. « Si tu peux cuire sur mon four, alors tu pourras cuire sur tous les fours » aime-t-il dire.

Je définis le style de poterie que je réalise comme intemporelle et m’inspire de tout ce qui peut caractériser une beauté simple.”

Maël AMEMIYA LOMBARD - Geste et outils

“J’utilise le four anagama de Rizü et je suis en train de construire mon four Anagama. Les cuissons au bois sont complexes et nécessitent un savoir-faire particulier, surtout avec du bois bien sec !

Par ailleurs, j’utilise aussi un four à gaz pour sa simplicité et rapidité d’utilisation. Il est très utile pour tester les émaux. Je cuis autant que j’ai de pièces à cuire et les cuissons révèlent toujours des surprises. C’est le sel de notre passion.

J’utilise des émaux de cendres, des émaux à base de minéraux de tout ce que je peux réduire en poudre. Je me laisse guider par mes envies et ne me limite en rien.

Pour l’instant, je ne donne pas de cours.
La transmission est importante mais je n’en suis pas à cette étape. Je continu d’apprendre.

Je définis ma relation à la céramique comme infiniment nourrissante. Pour tout ce qu’elle m’apporte, je suis prêt à lui consacrer mon énergie.”

Maël AMEMIYA LOMBARD - Atelier Yūgen

Maël AMEMIYA LOMBARD en 5 dates importantes :

2009 : Fukui, je réveille le japonais qui sommeil en moi.

2010 : Tokyo « Oh, j’ai des mains ! ».

2013 : Paris, besoin de campagne.

2016 : Gaillac, création d’un lieu.

2022 : Comme il le dit s’y bien : “J’avance …”

“Pour moi, la céramique est un chemin.”

Source des photos et des textes : Maël AMEMIYA LOMBARD et Yann san

Collection NATSU 2022 - Maël AMEMIYA LOMBARD
Collection NATSU 2022