Le Potier de Kyōto – Claude DURIX

Au 20ème siècle, trois grands potiers marquèrent leur époque: un Anglais, Bernard LEACH et deux Japonais, Shōji HAMADA et Kanjirō KAWAI. Tous trois, chacun avec son génie propre, renouvelèrent leur art pour en faire l’équivalent des plus prestigieuses expressions artistiques, au même degré que la peinture, la sculpture, l’architecture.

Au cours de deux longs séjours à Kyōto, en 1956 et en 1959, Claude DURIX eut la chance de rencontrer Kanjirō KAWAI et de se lier d’amitié avec lui. Il fut initié par lui au sens esthétique du Japon traditionnel, fondé sur la pureté et la simplicité. Ce retour en toute humilité aux sources de l’innocence originelle caractérise l’œuvre et l’esprit de l’artiste.

La valeur et la grande beauté des poteries de Kanjirō KAWAI étaient reconnues dans le monde entier. Ce potier était aussi calligraphe, poète et philosophe. On trouvera ici, traduits pour la première fois en français par Claude DURIX, à la demande de Kanjirō KAWAI lui-même, deux recueils de ses poèmes mystiques dont il a bien voulu calligraphier lui-même les principaux extraits.

En préambule, une place toute particulière est donnée à la ville de Kyōto (La Florence de l’Asie : disait René GROUSSET) où vivait Kanjirō KAWAI et qui a donné à l’artiste, selon ses propres dires, une impulsion majeure à son talent créateur. La ville, la poterie, la poésie, la calligraphie, sont inséparables dans la vie et dans son œuvre.

Claude DURIX (1921-2012) : Médecin et chirurgien des yeux. Vice-président de l’Association Zen Internationale entre 1971 et 1981.

Kanjirō KAWAI 河井 寛次郎 (1890-1966) : Artiste potier. Co-créateur de l’association pour les arts folkloriques du Japon (Nihon Mingei Kyōkai 日本民芸協会), du magazine Kōgei (à partir de 1931) et du Japan Folk-Craft Museum, à Tokyo (en 1936). Poète et essayiste.

Sources des photos : lesbelleslettres.com / francaislibres.net

Éditions : Les Belles Lettres

Nombre de pages : 128

Format : 21 x 29,7 cm

Langue : Français

Date de parution : Janvier 1999