Tokoname-yaki ou la poterie de Tokoname est fabriquée dans la ville de Tokoname, dans la préfecture d’Aichi, de la région du Chūbu. Maison Wabi-Sabi vous raconte l’histoire du four N°23, de la carte des 100 fours japonais visible dans le livre “Connaître et réaliser la Céramique Japonaise“.


Poterie de Tokoname – Tokoname-yaki – 常滑焼

Le four de Tokoname a la plus longue histoire et possédait la plus grande zone de production parmi les six anciens fours du Japon (Tokoname, Shigaraki, Bizen, Tamba, Echizen, Seto).

Son début remonte à la fin de la période Heian (environ 1100 après JC), et environ 3000 fours Anagama (four tunnel à un trou) ont été construits dans les zones vallonnées de la péninsule de Chita dans la préfecture d’Aichi, centrées dans la ville de Tokoname. Tsubo (bocaux), Kame (bols à large ouverture) et Yamajawan (bols à thé de montagne) ont été fabriqués à l’aide de ces fours.

Les poteries de Tokoname, fabriqués pendant la période Heian jusqu’au début de la période Edo, sont appelés « Vieux Tokoname » cela conduit à une augmentation rapide de la production. Elle fait référence aux faïences fabriquées depuis l’Antiquité dans la préfecture d’Aichi, centrée à Tokoname.

Dans le passé, il y avait d’immenses lacs dans les préfectures d’Aichi, Mie et Gifu, y compris Tokoname. Le lac Tokai, était un lac plus grand que l’actuel lac Biwa. Les zones de production de Tokoname, Shigaraki et Iga se trouvaient autrefois dans ce lac.

À l’origine, les poteries Tokoname étaient célèbres pour leur grès rouge, qui présentait d’excellentes performances pour le goût du thé. Le grès vermillon de Tokoname s’est répandu parmi les amateurs de thé parce que le goût du thé devient doux grâce à ce grès. Le grès vermillon de Tokoname a été créé par une personne nommée Jumon SUGIE (1827-1897).

Au début, le grès s’est développé à partir du désir de réaliser de bonnes théières comme à Yixing (ville de la province du Jiangsu en Chine) avec de la boue vermillon japonaise et sa qualité était très élevée.

Malheureusement, les théières bon marché fabriquées à partir d’un mélange d’ocre rouge et de boue vermillon sont devenues courantes. Pour obtenir une vrai et authentique théière qui améliore le goût du thé, vous devez acheter des articles coûteux ou des articles vintages. (La « boue vermillon » fait référence à l’argile qui passe du vermillon à l’ocre lorsqu’il est oxydé et cuit, à l’exception singulière de la terre Mumyoi (ville de Sado, préfecture de Niigata). L’argile de la céramique Mumyoi est vermillon avant d’être oxydée et cuite.

En utilisant pleinement l’ingénieuse méthode de fabrication consistant à affiner l’élutriation (méthode de séparation et de classification granulométrique de particules de grosseurs différentes, au moyen d’une colonne de fluide en mouvement), pendant trois ans et à l’oxyder à la fin de la cuisson en réduction.

Source des photos : nakagawa-masashichi.jp / superdelivery.com

Add Comment