Mashiko-yaki ou la poterie de Mashiko est fabriquée dans la ville de Mashiko, dans la préfecture de Tochigi, de la région du Kantō. Maison Wabi-Sabi vous raconte l’histoire du four N°11, de la carte des 100 fours japonais visible dans le livre “Connaître et réaliser la Céramique Japonaise“.


Poterie de Mashiko – Mashiko-yaki – 益子焼


L’histoire de la poterie Mashiko aurait commencé à la fin de la période Edo (1603-1868). Un potier, qui s’appelait Keizaburo OTSUKA, a construit un four à Mashiko (1853) après avoir apprit la poterie à Kasama à l’époque.

Depuis lors, Mashiko a commencé à produire des poteries nécessaires à la vie quotidienne au Japon, telles que des bols, des pots à eau et des théières. Mashiko est devenu l’une des principales régions de poterie au Japon en raison de son excellente argile et de son emplacement relativement proche du grand marché de Tokyo. Les ventes de marchandises ont été assez décentes jusqu’aux environs de 1900, mais leur popularité a ensuite commencé à diminuer lentement en raison de changements dans le mode de vie des gens. Cependant, lorsque le grand tremblement de terre du Kantō a frappé la région en 1923, de nombreux articles de cuisine ont été brisés et la demande a soudainement augmenté, aidant la poterie de Mashiko à se ranimer sur le marché.

En 1924, Shōji HAMADA 濱田庄司 (1894-1978), un céramiste qui avait étudié au Royaume-Uni, vient s’installer à Mashiko. Il a promu le mouvement d’artisanat folklorique « Mingei » avec Sōetsu YANAGI 柳 宗悦 (1889-1961), qui a fortement reconnu « Yo no Bi » ou « la beauté dans l’artisanat de tous les jours » tout en influençant les autres artisans vivant à Mashiko. Peu à peu, les gens ont commencé à voir la poterie comme des « œuvres d’art » ainsi que des Utsuwa.

Aujourd’hui, il y a environ 380 poteries et 50 magasins de poterie. De nombreux potiers, des débutants aux experts, installent leurs propres fours et créent de la poterie à leur manière. Des foires de poterie ont lieu au printemps et à l’automne.

L’argile de Mashiko est riche en silicate et en fer, ce qui le rend facile à façonner et résistant au feu et aucun ingrédient supplémentaire n’est ajouté à la terre. Ces poteries sont recouvertes de glaçures « Kaki-yu » et « Namijiro-yu » spécifiques à cette poterie. La glaçure est versée généreusement et d’autres techniques traditionnelles sont utilisées pour donner à ces objets une beauté très affirmée et une sensation de chaleur au toucher. Mashiko-yaki a reçu l’appellation nationale de « Produit d’artisanat traditionnel » en 1979.

Le charme de la vaisselle de Mashiko réside dans sa simplicité. Elle est épaisse et rustique et ce qui est attrayant dans les poteries de Mashiko, c’est qu’ils ont à la fois de la beauté et de la praticité.

Source des photos : japan-brand.jnto.go.jp / shibu-kawa.jp