Mikamo-yaki ou la poterie de Mikamo-yaki est fabriquée dans la ville d’Iwafune, dans la préfecture de Tochigi, de la région du Kantō. Maison Wabi-Sabi vous raconte l’histoire du four N°10, de la carte des 100 fours japonais visible dans le livre “Connaître et réaliser la Céramique Japonaise“.


Poterie de Mikamo – Mikamo-yaki – みかも焼


Il existe de nombreux fours à travers le Japon qui sont inconnus de beaucoup à l’intérieur et à l’extérieur du Japon. Maganoshima-yaki fait partie de nombreux fours moins connus ou disparu, dans la préfecture de Tochigi.

En faisant des recherches approfondies, maintenant Maganoshima est en fait la ville de Iwafunemachi Maganoshima, dans la préfecture de Tochigi mais il n’y a plus de four de ce nom.

Il existe donc un four réputé, à Iwafune, représenté par Fumio KAWARAI 川原井文雄 de la poterie Tochigi Mikamoyaki Co., Ltd. Il est né en 1968. Il dirige le four de Sanju-yaki Konara, la seule poterie Mikamo du pays. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, il a étudié les bases chez un professeur de poterie dans la préfecture. Il s’est formé à la fabrication de Mikamo-yaki sous la direction de son père, le fondateur. Actuellement, il a réussi et continue de créer de nouveaux produits chaque jour en tant que 2ème génération.

À l’origine dans cette région, il y a 1200 ans à l’époque Heian (794-1185), des traces de fours subsistent encore maintenant. Le temple Shimotsuke-kokubunji, Kokubun Amadera (le couvent bouddhiste Kokubun) et d’autres dans la région du Mont Mikamo ont commencé à cuire des tuiles. Actuellement, la terre utilisée est récoltée autour du mont Mikamo, comme à l’époque.

En outre, cette argile contient beaucoup de fer, et lorsqu’elle est cuite, elle devient noirâtre. Le fer a un effet antibactérien, et les vases ont une bonne réputation pour que les fleurs s’épanouissent plus longtemps et l’alcool est également purifié et moelleux. Les Utsuwa se caractérisent par son élégance simpliste et un aspect esthétique chaleureux.

Source des photos : ameblo.jp/mikamoyaki