Aoi WATANABE 渡邊葵

(1980-)

Originaire de Shiraiwa Kakunodate-machi, préfecture d’Akita, dans la région du Tōhoku au Japon. Aoi san a étudié à Kyōto avant de travailler au four de Wahee-gama. Elle est Artiste céramiste 陶芸家 au Japon.

Le sens raffiné de la forme qu’elle y a appris a apporté une harmonie entre la glaçure traditionnelle et la couleur de l’art populaire, créant des Utsuwa qui nous rappellent l’atmosphère d’Akita. Sa famille fabrique la céramique de Shiraiwa ou Shiraiwa-yaki depuis 40 ans.

Les spécialités de Aoi san sont les Utsuwa au sens large du terme : la glaçure bleue dégradée, appelée Namako-yū. Le Kinsai : pièces réalisées en ajoutant la couleur Or et Platine dans la terre et la glaçure propre à Akita. Des accessoires et bijoux fabriqués dans le même four que les Utsuwa (broches, boucles d’oreilles et pendentifs).

Aoi WATANABE - Style 1

Shiraiwa-yaki est fabriquée depuis 1771. Bien qu’elle ait cessé à un moment donné pour diverses raisons. Wahee-gama a réussi à faire revivre cette poterie classique. Elle se caractérise par une argile brune à glaçure traditionnelle et unique, avec son aspect dégradé de bleu et de blanc. Elle est appelée Namako-yū : glaçure concombre de mer. Chaque pièce est fabriquée à la main avec le plus grand soin et la plus grande attention. Utilisant des méthodes traditionnelles pour l’adapter à la vie moderne.

Comme Shiraiwa-yaki avait immédiatement cessée sa production. De longues recherches ont été nécessaires pour reproduire la glaçure. Elle est produite à partir de matériaux naturels provenant de sources locales avec le meilleur processus de cuisson pour les céramiques.

Un four grimpant à plusieurs chambres et un four à kérosène pour fabriquer les céramiques. Il est plus difficile de contrôler la température de ceux-ci que de contrôler la température des fours électriques ou à gaz. Les meilleurs et les plus beaux résultats ne peuvent être obtenus qu’en utilisant des méthodes traditionnelles.

Toshiharu WATANABE - Four Anagama

À la fin de la période Edo (1603-1868), Shiraiwa-yaki était protégée par le clan Akita de l’époque. Elle a commencé à être produite à l’échelle industrielle. L’industrie de la céramique était florissante et fabriquée localement, dans toutes les régions du Japon. La division du travail dans l’industrie de la céramique était traditionnellement établie même dans les petites poteries. C’étaient des poteries familiales dans la plupart des cas.

Dans une grande poterie, ils avaient besoin d’employer des membres extérieurs à la famille pour aider à produire de la céramique. Chacune des poteries était divisée en classes. Certaines poteries de la classe supérieure fabriquaient des marchandises pour les couches supérieures de la société et les autres fabriquaient des marchandises pour les roturiers.

Avec le temps, Shiraiwa-yaki a commencé à décliner. Elle a perdu le soutien des seigneurs féodaux et de plus un grand tremblement de terre a frappé la région et a dévasté les 6 poteries. Bien qu’il s’agisse tous de fours familiaux, environ 6000 travailleurs participaient à la réalisation de Shiraiwa-yaki. Au début du 20ème siècle, tous les fours étaient fermés.

Wahee-gama - Galerie

La région de Shiraiwa à Kakunodate dans la préfecture d’Akita, qui n’est pas connue pour la poterie aujourd’hui, était autrefois une importante zone de fabrication de poterie qui servait à la fois de four officiel pour le domaine de Satake et de four privé pour répondre aux besoins de la communauté locale.

À la fin de la période Edo, lorsque la production de poterie était à son apogée, il y avait six fours et de nombreux potiers y travaillaient. Pourtant, à l’époque Meiji, en raison du démantèlement du domaine qui les protégeait, puis d’un tremblement de terre majeur, tous les fours ont été fermés au 19ème siècle.

Cette poterie Shiraiwa autrefois disparue est maintenant connue sous le nom de Ko-shiraiwa-yaki (ancienne vaisselle Shiraiwa).

Aoi WATANABE - Portrait coquillage

Heureusement, le mouvement Mingei (mouvement d’art populaire) avait encore une grande influence sur la société. L’essence philosophique du Mingei est “l’art artisanal des gens ordinaires”. Il a découvert la beauté des objets utilitaires et ordinaires fabriqués par des artisans anonymes et inconnus.

70 ans plus tard, Sunao WATANABE 渡邊すなお, a décidé de faire revivre Shiraiwa-yaki. Elle était l’une des descendantes des anciens potiers de Shiraiwa-yaki.

Aoi san, la deuxième génération de la famille, a rejoint le four en tant que nouvelle céramiste et travaille à la création de formes adaptées à la vie moderne.

Aoi WATANABE - Style 2

L’aspect bleu vif et expressif de la vaisselle Shiraiwa est mis en valeur par sa glaçure faite à partir des cendres de balles de riz. Les cendres des balles de riz du riz Akitako-machi récolté localement à Akita, qui est l’un des plus grands greniers du Japon, sont un matériau indispensable à la fabrication de cette glaçure. Ils n’utilisent aucun colorant artificiel, mais utilisent des matériaux naturels et beaucoup de temps et d’efforts pour créer cette couleur bleu vif.

Akita est également connue pour être une région de fortes chutes de neige. Le contraste entre la glaçure Namako-yū bleue et blanche et l’argile brun rougeâtre du sol est très similaire au paysage de la saison des congères à Akita, lorsque la terre peut être vue entre la neige pâle. Pour les habitants d’Akita, la transition de l’hiver au printemps est attendue depuis longtemps, et c’est pourquoi c’est une période spéciale de l’année.

La vaisselle Shiraiwa est une poterie qui capture ces moments de la saison. Veuillez profiter de sa couleur et de sa forme unique, vous permettant de ressentir à la fois la froideur de l’hiver et la chaleur du printemps que la terre d’Akita nourrit.

Watanabe - Portrait de famille

Aoi WATANABE en 5 dates importantes :

1980 : Né à Shiraiwa Kakunodate-machi, préfecture d’Akita.

2005 : Maîtrise complétée, Cours de conservation, Faculté d’éducation (arts et métiers), Université d’Iwate. Elle a étudié avec Toshiharu WATANABE.

2009 : École supérieure de technologie du Collège préfectoral de céramique de Kyōto. Conférencière du Collège préfectoral de technologie de la céramique de Kyōto. Sélectionné pour la 43ème Exposition de Céramiques Féminines (Kyōto Municipal Museum of Art).

2011 : A commencé à travailler au four de Wahee-gama avec ses parents.

2014 : Sélectionné pour la 48ème Exposition de Céramiques Féminines (Kyōto City Museum of Art).

Aoi san est à gauche sur la photo. Toshiharu san est à droite sur la photo, avec sa femme Sunao san, au milieu sur la photo.

Cette vidéo a été réalisée par des étudiants de l’Université publique des beaux-arts d’Akita.

Source des photos, des textes et de la vidéo : waheegama.com / nanmoda.jp / résumé par Yann san