La Japan Kōgei Association inclue sur son site Web une version anglaise de son Nihon Dentō Kōgei Kanshō no Tebiki (Manuel pour l’appréciation de l’artisanat d’art traditionnel japonais). Le Nihon Dentō Kōgei Kanshō no Tebiki a été publié en 1999 et la traduction anglaise a été initialement préparée en 2003 pour célébrer la mise en scène du 50ème Nihon Dentō Kōgeiten (exposition d’artisanat d’art traditionnel japonais). Alors que le texte anglais de 2003 utilise « Crafts » comme traduction du terme japonais 工芸. Dans cette introduction, la translittération « Kōgei » est utilisée à la place. La raison en est qu’en 2013, lors des préparatifs du 60ème Nihon Dentō Kōgeiten, il a été décidé que « Artisanat » était une manière inappropriée de décrire les types de travail présentés dans l’exposition et qu’il devait être remplacé par le Terme japonais « Kōgei » ou, lorsqu’il est inévitable, l’expression anglaise « Art Crafts ». Maison Wabi-Sabi a décidé de traduire en français, la partie concernant la céramique Japonaise.


Manuel de la Céramique Japonaise

L’histoire de la céramique japonaise remonte à plus de 10 000 ans jusqu’au début de la période Jōmon 縄文時代 (10 500 à 300 avant JC) lorsque des faïences non émaillées connues sous le nom de poterie Jōmon (Jōmon doki) ont été produites pour la première fois.

L’introduction de l’agriculture en provenance d’Asie continentale au cours de la période Yayoi 弥生時代 suivante (300 avant JC à 300 après JC) s’est accompagnée de l’apparition de différents types de faïence non émaillée connus sous le nom de poterie Yayoi (Yayoi doki).

La production de grès a commencé au Japon avec la fabrication de poterie Sue (Sueki) à la fin du 4ème, au début du 5ème siècle.

Les technologies nécessaires, qui comprenaient l’utilisation du tour de potier et des fours capables d’atteindre des températures de cuisson du grès, ont été introduites du continent asiatique. Les poteries Sue ont été fabriquées jusqu’à, et pendant la période Heian 平安時代 (794-1185). Pendant la période de Nara 奈良時代 (710-794), de la poterie à feu doux avec glaçure appliquée artificiellement connue sous le nom de poterie tricolore de Nara (Nara-sansai 奈良三彩) a également été fabriquée.

Les céramiques avec des cendres cuites à feu vif et des émaux de fer ont été fabriquées pour la première fois pendant les périodes Kamakura 鎌倉時代 (1185-1336) et Muromachi 室町時代 (1336-1573). La période Azuchi-Momoyama 安土桃山時代 (1573-1615) a vu l’essor de la cérémonie du thé et l’émergence de nouvelles formes révolutionnaires de céramique reflétant l’esthétique Wabi-Sabi des maîtres du thé de l’époque.

Les progrès technologiques successifs au cours de la période Edo 江戸時代suivante (1615-1868) ont entraîné l’expansion généralisée de l’industrie de la céramique au Japon. En 1616, la pierre de porcelaine, la matière première de la porcelaine, a été découverte à Arita, préfecture de Saga, par des potiers coréens qui s’étaient installés au Japon, permettant la production de porcelaine pour la première fois dans l’histoire du Japon. Par la suite, à partir du 18ème siècle, de nouveaux centres de production de céramique s’implantent dans tout le pays.

La période Meiji 明治時代 (1868-1912) a vu l’introduction de nouvelles technologies qui ont entraîné une mécanisation croissante de la production de céramique. Celles-ci comprenaient l’utilisation de moules en plâtre pour le formage et les fours à charbon. Dans le même temps, il y a eu l’émergence d’artistes potiers individuels qui ont utilisé un large éventail de techniques pour produire de nombreux types différents d’art céramique.

Centres de production de la Céramique

Le Japon compte de nombreux centres de production de céramique, chacun ayant sa propre histoire et ses propres caractéristiques.

Agano (Préfecture de Fukuoka) = Les fours Agano ont été créés à l’origine par des potiers coréens. La céramique d’Agano se caractérise par une glaçure verdâtre.

Arita (Préfecture de Saga) = La première porcelaine du Japon a été produite à Arita après la découverte de la pierre de porcelaine par Ri Sanpei vers 1616. Les porcelaines Ko-Imari, Kakiemon et Nabeshima sont toutes des variétés de céramiques d’Arita, également connus sous le nom de céramiques d’Imari.

Iga (Préfecture de Mie) = Les fours Iga sont célèbres pour la céramique de thé avec une glaçure vitreuse bleu-vert distinctive qu’ils produisaient. Ils sont situés à côté des fours de Shigaraki. En raison de la similitude des argiles utilisées, les poteries Iga et Shigaraki se ressemblent étroitement.

Izushi (Préfecture de Hyōgo) = Les produits Izushi se distinguent par l’utilisation de motifs sculptés et percés sur un corps en porcelaine blanche translucide.

Echizen (Préfecture de Fukui) = Les fours Echizen sont bien connus pour avoir produit de simples pots de stockage non émaillés et des mortiers de mélange pour un usage quotidien.

Kasama (Préfecture d’Ibaraki) = Les fours Kasama fabriquaient des récipients de tous les jours robustes tels que des bocaux de stockage, des mortiers à mélanger et des théières.

Karatsu (Préfecture de Saga) = Karatsu a prospéré en tant que centre de production de céramique à la fin du 16ème siècle. L’argile locale est très sableuse et contient un pourcentage élevé de fer. La qualité discrète des poteries de Karatsu a été très appréciée par les adeptes de la cérémonie du thé. Les principales variétés sont les céramiques peintes de Karatsu (E-garatsu), les céramiques marbrées de Karatsu (Madaragaratsu) et les céramiques dites coréennes de Karatsu (Chosen-karatsu).

Kyōto (Préfecture de Kyōto) = Kyō-yaki est un terme général désignant toutes les céramiques produites à Kyōto. Kyōto produit une grande variété de céramiques en utilisant un large éventail de techniques et de styles différents.

Kutani (Préfecture d’Ishikawa) = Les fours Kutani sont célèbres pour leurs porcelaines richement colorées décorées d’épais émaux sur glaçure. Les cinq couleurs Kutani sont le rouge, le jaune, le vert, le violet et le bleu foncé.

Shigaraki (Préfecture de Shiga) = Un centre de poterie établi de longue date produisant du grès non émaillé dont l’argile rugueuse à cuisson orange lui donne une sensation typiquement rustique.

Add Comment