Kosobe-yaki ou la poterie de Kosobe est fabriquée dans la préfecture d’Ōsaka, de la région du Kansai. Maison Wabi-Sabi vous raconte l’histoire du four N°43, de la carte des 100 fours japonais visible dans le livre “Connaître et réaliser la Céramique Japonaise“.


Poterie de Kosobe – Kosobe-yaki – 古曽部焼

Kosobe-yaki est une poterie produite dans le four de Kosobe par la 5ème génération de la famille IGARASHI dans la province de Settsu (actuellement Kosobe-cho, ville de Takatsuki, préfecture d’Ōsaka) de la fin de la période Edo (1603-1868) à la période Taishō (1912-1926).

Le sol de Takatsuki est argileux et plein d’eau et le bois de chauffage produit est abondant. Shinpei IGARASHI a étudié à Kyōto, et lorsqu’il a ouvert le four dans sa ville natale, il fabriquait principalement des Utsuwa.

Le four fut ouvert par le premier Shinpei IGARASHI en 1790-1791. Pendant l’ère Meiji (1868-1912), Eijiro, le fils aîné du 4ème Shinpei, prit le nom de Shinpei et devint le 5ème chef de la famille IGARASHI. De 1907 à 1912, Eijiro a des problèmes de santé alors le four décline et devient obsolète. Mais par la suite c’est avec l’aide d’un potier de Kyōto que le four renaîtra.

Des bols à matcha, cruches, brûle-encens, bols à confiserie, bols à fleurs et autres ustensiles à thé qui imitent les styles suivants : Takatori, Karatsu, Nanjing, Mishima, Koryo, ainsi que des bols, assiettes, pots, bouteilles de Sake et des braseros.

Les céramiques typiques sont les bols et les petites assiettes représentant des crevettes, utilisées comme vaisselle pour la spécialité “Kurawankabune”.

Dans les montagnes de la ville de Takatsuki, sur les rives de la rivière Minase, il y a un four grimpant. Il s’agit de l’atelier de Yoshitaka KANGAWA 寒川義崇, qui a fait revivre Kosobe-yaki. Il est né dans un four de la préfecture de Wakayama. Il fabrique des poteries depuis plus de 40 ans.

Carte de situation du four de Kosobe

Source des photos : serpent-rhythm.com / gallery-yuu.com