Etchū Seto-yaki ou la poterie d’Etchū Seto est fabriquée dans la ville de Tateyama, dans la préfecture de Toyama, de la région du Chūbu. Maison Wabi-Sabi vous raconte l’histoire du four N°15, de la carte des 100 fours japonais visible dans le livre “Connaître et réaliser la Céramique Japonaise“.


Poterie d’Etchū Seto – Etchū Seto-yaki – 越中瀬戸焼


Les céramiques d’Etchū Seto sont fabriquées dans le district de Seto, ville de Tateyama, préfecture de Toyama. En avril 1594, le daimyo de Kaga, Toshinaga MAEDA, a invité Hikoemon, un potier de Seto, dans la province d’Owari, et lui a fait fabriquer de la poterie.

Le four du domaine a prospéré et est devenu célèbre comme le meilleur pour produire de la porcelaine dans la province d’Etchū. À leur apogée, ils possédaient environ 120 fours. Cependant, au début de l’ère moderne, le soutien du shogunat a cessé, entraînant leur déclin. De plus, avec l’ouverture du chemin de fer, ils n’avaient aucune chance contre l’afflux de poteries à bas prix de Seto et d’Arita, et risquaient de fermer.

À l’ère Taishō (1912-1926), ils ont finalement fermé mais en 1943, la « Seto Ware Preservation Society » et des volontaires locaux ont enquêté sur le four abandonné. Shojiro SHAKUNAGA, qui fabriquait des tuiles les a guidés dans la restauration du four. En 1947, le four Shoraku a été créé et ils ont finalement pu le restaurer. Depuis 2011, 5 potiers continuent de prospérer les techniques traditionnelles.

L’argile de haute qualité “argile blanche” est récoltée à Satoyama, dans la région de Shinseto, dans la ville de Tateyama. Elle peut produire des céramiques de haute qualité, minces et légères, en particulier en raison de sa faible teneur en fer, de la finesse de son grain et de sa grande résistance au feu.

Elle allie délicatesse dans sa simplicité, facile à utiliser et populaire comme vaisselle pour un usage au quotidien.

Source des photos : kakiden.com / kanakurekai.com