Aizuhongō-yaki ou la poterie d’Aizuhongō est fabriquée dans la ville d’Aizumisato, dans la préfecture de Fukushima, de la région du Tōhoku. Maison Wabi-Sabi vous raconte l’histoire du four N°9, de la carte des 100 fours japonais visible dans le livre “Connaître et réaliser la Céramique Japonaise“.


Poterie d’Aizuhongō – Aizuhongō-yaki – 会津本郷焼


Aizuhongō-yaki est originaire de la ville d’Aizumisato (anciennement ville d’Aizuhongō) est un artisanat traditionnel de la région d’Aizu dans la préfecture de Fukushima avec une histoire d’environ 400 ans.

Cette poterie, qui serait originaire de la période Sengoku (1467-1600), était patronnée et promue par le seigneur du domaine d’Aizu (aujourd’hui la région d’Aizu), au début de la période Edo (1603-1868).

La production de céramique d’Aizuhongō a commencé en 1593 lorsque le commandant militaire, Ujisato GAMO, est devenu seigneur du domaine d’Aizu, et que la production de tuiles a été commandée lors de la restructuration du château de Tsuruga (château d’Aizuwakamatsu).

En 1645, sous les ordres du seigneur du domaine, Masayuki HOSHINA, un potier du nom de Genzaemon MIZUNO fut appelé de Seto, province d’Owari (moitié ouest de la préfecture d’Aichi). MIZUNO a commencé la production à grande échelle. Après cela, le four a été géré par la famille MIZUNO et a prospéré en tant que four officiel du domaine. Ils fabriquaient beaucoup d’Utsuwa.

Cependant, l’industrie connaîtra deux périodes difficiles en raison des effets de la guerre. Lors de la guerre de Boshin (guerre civile 1868-1869), les potiers partent au combat et les usines de porcelaine sont incendiées, forçant l’industrie à l’inactivité.

Par la suite, tous les villages unirent leurs activités de production et l’artisanat se reconstitua à tel point qu’au milieu de l’ère Meiji (1868-1912), ses poteries étaient exportées vers l’Occident. En 1916, la plupart des usines de porcelaine furent à nouveau détruites dans un grand incendie, mettant l’industrie dans un dilemme, mais une fois de plus, elle se rétablit correctement.

Aizuhongō-yaki comprend à la fois la céramique et la porcelaine. Il existe des ateliers de poteries spécialisés dans la porcelaine ou la céramique, ainsi que ceux produisant les deux.

La particularité de la céramique d’Aizuhongō réside dans ses différents types de décoration, notamment la glaçure bleue appelée « asbolite (agrégat minéral terreux contenant des oxydes de manganèse et de cobalt) », ainsi que d’autres décorations japonaises traditionnelles et occidentales.

De nombreuses céramiques utilitaires sont produites à l’aide d’émail traditionnel. Il existe de nombreux styles, tels que la porcelaine céladon (seihakuji qui fait référence à un glacis avec des dégradés de couleurs subtiles mélangées de blanc glacial et bleuté), la porcelaine blanche et la carbonisation, ainsi que différentes finitions brillantes ou non, et texturés.

Source des photos : munakatagama.net