Sean SILVA - Portrait

Sean SILVA

(1986-)

Né à Toronto, au Canada, il est arrivé au Portugal très jeune. Maintenant, il vit à Caldas da Rainha, près de Leiria, au nord de Lisbonne.

“Je ne me suis jamais senti obligé d’être défini ou ressenti le besoin d’être appelé par un nom spécifique. Mais peut-être que je me sens plus à l’aise d’être défini comme un potier car mon travail s’est concentré sur les articles fonctionnels.”

“Dans la poterie, j’ai trouvé un équilibre entre différentes expériences. Pour moi, la poterie incorpore presque tous les éléments de l’existence humaine. La partie physique et la partie spirituelle, la conscience et l’inconscient.”

Sean SILVA - Céramiques

“J’ai découvert la céramique pour la première fois, à l’université lorsque j’étudiais le design industriel à l’ESAD de Caldas da Rainha. Nous avons eu une séance d’introduction avec un maître potier appelé Armindo REIS (1926-2012), depuis ce temps, l’argile a lentement commencé à attirer mon attention.”

“La poterie m’est venue plus tard dans la vie. Pendant plusieurs années, j’ai toujours pensé à essayer le tour de potier et à regarder la poterie japonaise sur Internet. Alors la curiosité grandissait secrètement et j’implantais ces images dans mon subconscient.”

“J’ai la chance de vivre à Caldas da Rainha, une ville très tournée vers la céramique et qui acceuille le Cencal (Centro de Formação Profissional para a Indústria Cerâmica) Centre de formation professionnelle pour l’industrie de la céramique. Cette école est connue pour enseigner la céramique, pour avoir d’excellents maîtres potiers, céramistes et professionnels liés à l’industrie de la céramique.”

“J’ai assisté à des ateliers pour acquérir les compétences de base sur le tour de potier. Après cela, j’ai été mis sur la voie du travail avec l’argile. J’ai eu beaucoup de maîtres, certains sont vivants, d’autres seuls leur travail reste ici mais cela a été un chemin presque autodidacte avec des essais et des erreurs.”

Sean SILVA - Atelier

“J’ai l’impression que mon travail est une conséquence de mon attirance pour la poterie japonaise et coréenne. J’ai trouvé beaucoup d’inspiration dans la poterie traditionnelle fabriquée par des potiers ici au Portugal, en particulier le côté brut des pièces. Je ne sais pas s’il existe une définition du style de poterie que je fais. C’est l’amalgame de mon observation et de mon expérience, une recherche constante d’expression.”

“Mon intention est de réaliser des pièces qui peuvent créer des moments de silence entre l’utilisateur et l’objet. Tout comme lorsque vous vous promenez dans les bois et que vous vous sentez attiré par cela, mais que vous ne pouvez pas expliquer ce qui vous pousse à être en silence et en communion avec l’environnement qui vous entoure. La poterie m’a donné ce sens de l’équilibre, cette intimité que l’on rencontre parfois dans la nature. Mon inspiration est d’essayer de créer cette expérience aussi souvent que possible.”

Sean SILVA - Four à gaz

“J’utilise un four à gaz que j’ai construit. Il y a des périodes où je mets du bois dans le four à gaz. Le bois que j’utilise provient des forêts d’eucalyptus et de pins près de chez moi.”

“J’essaie de faire deux cuissons par mois. comme j’ai un petit four, cela me permet de cuire très souvent et me donne l’opportunité d’expérimenter de nouvelles pièces et techniques.”

“J’aime faire des bols et donc normalement je commence par ceux-là. C’est presque comme faire un échauffement pour d’autres pièces. Sinon, je fais ce que ma curiosité m’appelle. J’utilise principalement la glaçure Shino et la cendre, pour mes pièces.”

“Les cuissons vont de 9 à 16 heures, selon ce que je cherche à réaliser. À chaque cuisson, j’ai toujours des surprises, mais normalement je me donne quelques jours pour regarder le travail avec un œil neuf. J’ai l’impression que l’excitation initiale de l’ouverture du four enlève la sérénité de voir les détails subtils qui sortent parfois du four.”

Sean SILVA - Tour de potier

“Je vois la vie comme un tout, donc ma relation avec la céramique fait partie de la vie et d’un mode de vie. On peut dire que ma relation avec tous ces éléments est en constante mutation, qu’ils ont le pouvoir de transformer une personne à différents niveaux et j’apprends constamment avec eux.”

“J’ai le sentiment que la transmission du savoir est vitale et intrinsèque à la condition humaine. La transmission des connaissances est ce qui nous fait être en mouvement et en évolution constants. Je suis qui je suis grâce à toutes les connaissances qui m’ont été transmises.”

“Je ne peux pas penser à des dates concrètes qui ont compté dans ma vie de potier. Ma vie est un processus constant, même si je n’ai jamais rêvé d’être potier. Avec le recul, la vie m’a poussé à travailler l’argile d’une manière que je n’aurais jamais imaginée. J’ai encore une image fraîche dans mon esprit de la première fois où j’ai vu un potier sur un tour à pied lors d’un événement scolaire. J’avais probablement 14 ans quand j’ai vu pour la première fois un potier travailler sur le tour. Il m’a semblé à l’époque qu’il était dans un autre monde, que tout ce bruit de gamins qui couraient, certains jouaient, d’autres le regardaient et chuchotaient ne le dérangeait pas.”

Source des photos et des textes : Sean SILVA et Yann san