Sara MAUVILLY - Portrait

Sara MAUVILLY

(1976-)

“Originaire de Paris et après 20 années passées dans le secteur de la Mode et du Luxe, dernièrement en tant que responsable de distribution chez Louis Vuitton, je décide en 2020 de fonder mon atelier de céramique dans l’est parisien.

Un changement de vie en lien avec ma passion pour les métiers d’art, ayant à cœur de développer ma pratique de la céramique, sous influence japonaise, recommencée 15 ans plus tôt.

Céramiste artisane d’art : Je me considère comme céramiste car j’aime autant le travail de la terre, que celui des émaux. Artisane d’art, car je travaille de mes mains, selon un savoir-faire et des techniques acquises au fil des années. Je laisse libre cours à mon imagination et mon sentiment guide mes gestes pour confectionner des pièces uniques et personnelles.

Sara MAUVILLY - Intérieur de l'atelier

J’ai 9 ans quand je découvre le travail de la terre, en prenant mes premiers cours de modelage à l’atelier de l’Engobe Bleu, dans le Val d’Oise. Un coup de foudre immédiat ! J’ai repris contact avec l’argile en 2007, l’année de mes 30 ans, cherchant à renouer avec cette pratique d’enfance qui m’avait tant marquée.

Je viens alors d’emménager dans le 11ème arrondissement de Paris, et je découvre grâce à des amis potiers de Hollande, qu’un atelier est installé à deux pas de chez moi. L’atelier Terre de Lune, rue Oberkampf, où je rencontre Annie METZGER, céramiste d’expérience, elle-même formée au Japon.

Annie va alors m’initier à toutes les techniques apprises au Japon : modelage, pincé, plaque, mais aussi au tournage. Je tourne donc dans le sens japonais (sens des aiguilles d’une montre), et très souvent à la motte.

Annie Metzger, elle-même formée à la pratique des émaux par Helena KLUG, dans la tradition de Daniel de MONTMOLLIN, va me transmettre son savoir, et ses méthodes de recherche. Je découvre l’univers des glaçures en cuisson de grand feu à plus de 1250°.

Sara MAUVILLY - Plan de travail et outils

Dans une pratique hebdomadaire de 15 ans à l’atelier, j’apprends petit à petit ce qui va devenir en 2020, mon nouveau métier.

Je créé des objets utilitaires pour la vie de tous les jours, pour la table ou la maison, guidée par mon interprétation personnelle de l’esthétique japonaise.

Épuré, sérénité et simplicité des formes, tout en recherchant l’harmonie entre la forme et la couleur, en accord avec la nature et le cycle de saisons. J’aime la proximité et l’intimité que l’on peut créer avec un objet, utilisé au quotidien.

Mon inspiration de création au quotidien vient principalement de la nature (terre, minéraux, végétaux) et des saisons. En découvrant les bols chawan Raku que j’ai ressenti mes premières émotions esthétiques. Je suis une profonde admiratrice de l’œuvre de Lucie RIE et d’Alain VERNIS. Côté émail, je suis touchée par l’œuvre de Jean CARRIÈS, céramiste du 19ème siècle, très influencé par les grès japonais, et par Jean GIREL pour la création contemporaine.

Sara MAUVILLY - Étagères de séchage

J’utilise un four électrique de la marque Rohde. Mes émaux préférés sont les shino et les céladons, qui s’obtiennent en cuisson réductrice. Je n’ai pas l’autorisation de cuire au gaz dans le bâtiment qui abrite mon atelier. Je tente par mes recherches d’émaux et de superposition de m’approcher des effets de la réduction, à travers une cuisson neutre/oxydante.

Le four électrique a pour double avantage une faible consommation énergétique, et une grande stabilité de montée en température. Cela me permet des expériences d’émaux en ayant au moins quelques paramètres stabilisés (températures).

Les cuissons durent une dizaine d’heure, puis j’attends en général quelques jours le refroidissement complet du four pour ne pas créer de choc thermique sur les pièces et les résistances du four.

Chaque ouverture de four est un moment riche en émotions. Ce moment de découverte du travail du feu. C’est vraiment l’endroit, le four, où je maitrise le moins la transformation de la pièce qui est souvent radicale. J’apprends le plus par de bonnes surprises, des déceptions et des confirmations.

Sara MAUVILLY - Émaux et couleurs

Je crée moi-même mes propres couleurs à partir de matériaux naturels et pigments d’origine minérale. J’utilise des engobes à base de cendre, d’argile, d’ocres. Mes émaux sont des émaux dits de « grand feu », ou de haute température (fusion à 1280-1300 degrés). Les recettes sont originales à l’atelier.

Je ne réalise quasiment jamais deux fois la même pièce. Je travaille quasiment exclusivement en pièce unique ou en micro série de 5/6 pièces maximum. J’aime l’unicité et la personnalité de chaque pièce, qui est par ailleurs numérotée.

Quant aux couleurs, oui j’aime particulièrement suivre l’inspiration de la nature et de saisons, qui m’influencent fortement dans mes envies de création du moment.

J’aime transmettre ce que j’ai appris. Je propose une journée de cours par semaine de modelage et tournage à l’atelier, en petit comité de 4/5 élèves, pour un suivi sur mesure pour chacun et chacune selon ses projets.

Sara MAUVILLY - Four électrique

Cette activité de transmission est une part essentielle de mon travail d’artisane céramiste. J’ai reçu beaucoup de la part d’Annie Metzger, et je peux aujourd’hui commencer à transmettre que ce soit en modelage, tournage ou la pratique des émaux haute température.

Tout artisanat d’art suppose un apprentissage long et répété des gestes en atelier, il est aujourd’hui à l’opposé de nos vies de plus en plus digitalisées ; cette relation directe à la matière permet de reprendre contact avec le travail manuel, l’intelligence des mains, l’adaptation au rythme lent de transformation de l’argile sous les doigts.

Adepte de pièces uniques et de micro séries, c’est l’adéquation et l’équilibre entre la terre, la technique, et l’émail utilisés qui me passionne. Je cherche à ce que chaque pièce, non exactement reproductible, dégage une âme et une personnalité particulière, qui parlera à celle ou celui qui la choisira.

Sara MAUVILLY - Tournage

Dans ma pratique de céramiste, j’aime tout particulièrement entrer en dialogue, à travers mes mains, avec la terre, en interaction constante avec les autres éléments, l’eau et l’air.

Au moment du modelage ou du tournage, j’ai la sensation de rentrer en dialogue intime avec l’argile :  je suis en maîtrise de mon savoir-faire technique dans une intention de forme à réaliser, mais en même temps, je cherche à suivre la plasticité du grès qui m’indique un chemin à suivre.

En d’autres termes j’aime écouter la matière, tout en ayant une intention première de forme. Je ne créée donc jamais deux fois exactement la même pièce.

La relation au « feu », même électrique, est tout autre, car je m’en remets à ce dernier, au cours de la cuisson haute température ; je suis alors prête à toutes les surprises et expérimentations. Je travaille en amont sur la composition chimique des émaux, sur leurs associations possibles, sur une adéquation couleur / forme, puis c’est le « feu » qui décide du résultat final.”

Sara MAUVILLY - Modelage atelier

Sara MAUVILLY en 5 dates importantes :

1985 : Premier cours de modelage à l’atelier de L’Engobe Bleu, Val d’Oise.

2001 : Premier voyage au Japon et participation à une cérémonie du thé à Kyōto où elle découvre l’utilisation des chawan.

2007 : Rencontre avec Annie Metzger, céramiste formée au Japon, et dont elle sera l’élève pendant 15 ans à Paris.

2012 : Formation à la recherche et créations d’émaux de haute température selon la méthode de Daniel de Montmollin.

2020 : Création de son atelier personnel, Argile124, à Bagnolet.

Source des photos : Anne-Emmanuelle THION pour Sara MAUVILLY